Orano Mining
Rapport de Responsabilité Sociétale
2017
  • Index GRI
  • Téléchargez
  • Contribuez
  • Contactez-nous

Face à la diversité des contextes, des historiques de nos activités et de la nature de nos projets, notre objectif est de favoriser un dialogue de confiance et un partenariat de long terme avec nos parties prenantes.


Fondamentaux : Orientations stratégiques

ISR Subvention culturelle auprès des collectivités du Saskatchewan (Canada)

Les actions prioritaires définies dans la politique RSE d'Orano Mining sont pour le domaine sociétal :

  • L’acceptabilité de nos activités ;
  • L’éthique et la transparence des paiements face aux risques de corruption ;
  • La prise en compte des enjeux sociaux, environnementaux et sociétaux par nos fournisseurs et sous-traitants : achats responsables et ancrage local.

Pour atteindre ces objectifs, nous conduisons avec nos équipes en France, au Canada, au Niger, en Namibie, au Gabon, au Kazakhstan ou en Mongolie, une démarche construite autour des axes suivants :

Gouvernance :

  • Veiller à travers le Comité RSE (instance regroupant le comité de direction de la BU Mines, les directeurs de sites ainsi que la Direction Sécurité et Intégration dans les Territoires (DSIT) à la cohérence des actions menées sur l’ensemble du périmètre de la BU Mines, au regard de la politique RSE ;
  • Définir à travers les Comités Sociétaux Mines de chaque site les enjeux importants, les projets prioritaires, les perspectives en matière de développement local et d’engagement avec les parties prenantes ;
  • Identifier et définir en concertation avec les parties prenantes nos cadres de partenariats.

Prévention des risques grâce à notre engagement envers les parties prenantes

  • Actualiser notre base de connaissance sur les territoires dans lesquels nous sommes présents, notamment au travers des études d’impacts sociétaux et la mise à jour des cartographies de parties prenantes. Après le Canada et la Namibie en 2016, la Mongolie et le Niger (Niamey) ont réactualisé en 2017 leurs cartographies de parties prenantes locales ;
  • Formaliser notre retour d’expérience sociétal notamment sur le périmètre de l’après-mines, tant en France qu'à l’international ;
  • Actualiser nos outils de cartographie des risques et d'analyse de la matérialité. Un exercice de matérialité a été conduit fin 2016 et a permis de confirmer les attentes des parties prenantes.

Les Comités Sociétaux Mines d’Orano Mining : Notre outil de gouvernance

Depuis 2013, les Comités Sociétaux Mines (CSM) d'Orano Mining ont pour mission de décliner la politique sociétale au niveau local en matière de partenariats et d’aide au développement économique :

  • identification d’indicateurs et développement d’un système de suivi pour mesurer le déploiement de la politique RSE ;
  • valorisation interne et externe des engagements sociétaux ;
  • choix des périmètres et thèmes prioritaires pour le déploiement d’actions significatives et dans la durée ;
  • détermination des budgets associés (budgets de Filiales et/ou centraux) ;
  • supervision des engagements financiers validés ;
  • reporting des actions.

Ces comités rassemblent les directeurs généraux des filiales, les responsables sociétaux présents en local, les équipes coordonnatrices et support au niveau du siège. Leur fréquence varie selon les pays en fonction des besoins. L’ensemble du périmètre d'Orano Mining est couvert par les CSM : Canada, Gabon, Kazakhstan, Namibie, Niger, Mongolie.

Dialogue avec nos parties prenantes

Qui sont nos parties prenantes ?

En savoir plus

Les parties prenantes intéressées par nos activités

Nous définissons nos parties prenantes comme étant des personnes ou groupes de personnes étant impactées par nos activités ou les impactant. Dans le cadre d’une démarche de responsabilité, il est absolument nécessaire d’avoir une compréhension de cet environnement afin d’adapter au plus juste nos actions.

Nous décomposons nos parties prenantes en 4 grands groupes :

  • les acteurs internes : dirigeants, salariés, syndicats…,
  • les autorités : Ministères, Préfets, Maires…,
  • les ONG nationales et internationales,
  • les médias et représentants de la société civile.

Nous sommes amenés à nouer un dialogue avec l’ensemble de ces groupes de parties prenantes.

La méthodologie pour identifier et qualifier nos parties prenantes a été mise à jour en 2015 et appliquée depuis sur nos terrains d’intervention.

Cette méthodologie se base à la fois sur un retour d’expérience interne et sur un benchmark des réalisations hors du groupe Orano.

Les critères retenus pour qualifier leur représentativité sont leur proximité géographique avec nos opérations, le niveau d’impact de l’activité, leurs possibilités d’engagement avec les parties prenantes.

La méthode de travail se décompose en 4 étapes distinctes :

  • 1. Phase préparatoire
    Elle comprend la validation de la méthode avec les parties prenantes internes, l’élaboration des outils de collecte (guide d’entretien) et la délimitation de la zone et des parties prenantes, notamment en ce qui concerne les structures étatiques et locales, ONG/Association, Fournisseurs, Médias…
  • 2. Phase de collecte
    Cette phase, comprend la réalisation d’interviews et la recherche documentaire.
  • 3. Phase de traitement et d’analyse des données
    Elle intègre la transcription des interviews, l’exploitation de la documentation, la réalisation et les commentaires des graphiques, et la réalisation du plan d’action.
  • 4. Phase de restitution auprès des Parties Prenantes et de déploiement du plan d’action

Cadre de dialogue

Des instances de dialogue social (internes à Orano Mining et à destination des salariés) sont organisées tant sur les sites qu’en central. De même, une démarche de dialogue sociétal à destination de nos parties prenantes externes est déployée.

L’objectif de ce dialogue régulier, d’échanges et de rencontres est d’assurer une relation constructive avec nos parties prenantes pour comprendre leurs attentes et expliquer notre activité. Il s’agit d’une démarche indispensable afin de mieux se connaître. Nous adaptons ainsi les cadres de dialogue en fonction des parties prenantes (autorités, population, associations, média, collaborateurs d'Orano Mining).

Ces échanges formalisés peuvent prendre la forme de rencontres en face à face, de réunions publiques, de communications écrites et sont adaptés à l’environnement de chacun de nos pays. Les thèmes les plus fréquemment abordés portent sur l’environnement et l’économie. La fréquence du dialogue dépend des résultats des cartographies des parties prenantes réalisées régulièrement ; en 2016, au Canada et en Namibie, en 2017 au Niger et en Mongolie et courant 2018, au Kazakhstan et en France, sur des problématiques d’Après-Mines.

Les Jeunes leaders à la découverte des actions RSE des sociétés minières

Début août 2017, 4 représentants du club des jeunes leaders du Niger ont séjourné dans la ville d’Arlit, à l’invitation des sociétés minières opérées par Orano Mining au Niger.

Une semaine durant, ces jeunes leaders ont eu des échanges avec les différentes parties prenantes des activités minières : salariés et responsables de SOMAÏR et COMINAK, autorités locales, société civile et populations riveraines.

Les échanges ont permis aux jeunes leaders, de découvrir les activités de SOMAÏR et COMINAK et de s’informer sur leurs actions sociétales dans le département.

L’année 2017 s’est caractérisée par le lancement d’un dispositif d’évaluation des performances de nos investissements sociétaux. Il s’agit de mesurer précisément la corrélation entre un investissement communautaire et son impact sur son environnement immédiat. Ce travail d’évaluation et de notation collaboratif résulte d’un échange entre toutes les parties prenantes impliquées dans sa réalisation (mairie, usagers, fournisseurs, services techniques, équipe RSE locale).

7 thématiques (une vingtaine de questions) sont abordées au cours de l’entretien d’évaluation : réponse aux besoins des usagers et des collectivités, gestion du planning du projet, aide au développement local, relations fournisseurs, respect des droits humains, respect des droits sociaux des salariés intervenant dans le projet, gouvernance du projet.

21 opérations touchant l’hydraulique, la santé ou encore l’éducation réalisées en 2016 au Niger ont ainsi été soumises à cette évaluation en 2017.

Le premier bilan de ces évaluations est encourageant, tant sur l’implication des parties prenantes à cet exercice que sur ces résultats. Ce dispositif d’évaluation devrait être ainsi étendu en 2018 à d’autres sites comme la Mongolie et le Kazakhstan.

Instances de dialogue

Nous vous présentons ici les différents types d’instances de dialogue et de concertation présentes dans les principaux territoires où nous sommes en activité.

CANADA – Athabasca Working Group (AWG)

  • Instance regroupant depuis 1993 les représentants des compagnies minières (Orano Canada Inc. et Cameco Corporation) et six communautés du nord de la province du Saskatchewan.
  • En 2012, ces acteurs ont commencé la procédure de renégociation de « l’Impact Management Agreement », un accord couvrant depuis 2001 tous les aspects relatifs à l’impact des activités minières sur la région : emploi, formation, protection de l’environnement.
  • En 2016, les négociations avec les Communautés Athabasca ont été marquées par la signature du nouvel Accord de Collaboration le 10 juin 2016. Cet Accord traite du Lac de Mc Clean et se substitue à un Accord d’Impact daté de 1999. Il est structuré autour de 5 piliers de coopération: valorisation de la main-d'œuvre locale, développement économique, engagement communautaire, l’environnement et investissements communautaires.

Les dirigeants d’Orano Canada et de son partenaire Cameco Corporation rencontrent les leaders des communautés indigènes du Bassin de l’Athabasca au nord de la Saskatchewan chaque année.

Rencontre des leaders des communautés indigènes du Bassin de l’Athabasca au nord de la Saskatchewan De gauche à Droite sur la photo, Chief Louis Mercredi, Chief Corrine Sayazie, Vincent Martin (CEO d’Orano Canada),
Tim Gitzel (CEO de Cameco) et Chief Bart Tsannie.

En octobre 2017, Orano Canada a été distinguée pour son engagement par la Chambre de Commerce de la Saskatchewan à Saskatoon en recevant l'un des meilleurs classements dans le cadre d’une étude portant sur le niveau de partenariats des 500 plus grandes entreprises avec leur tissu économique local.

Distinction d'Orano Canada pour son engagement par la Chambre de Commerce de la Saskatchewan Vincent Martin, Président et Directeur Général d’Orano Canada reçoit le prix d’honneur de la Chambre de Commerce de la Saskatchewan.

Orano Canada Inc a participé aux premières sessions conjointes d'engagement des parties prenantes avec les représentants du gouvernement et les organisations indigènes locales. L’enjeu était de s’assurer que les réunions des parties prenantes étaient ciblées et pertinentes pour les communautés. Les réunions ont eu lieu à Hatchet Lake le 24 janvier 2017, à Black Lake le lendemain et à Fond du Lac le 26 janvier. Pendant ces trois jours, Orano Canada a pu échanger et répondre aux questions des communautés, de leurs leaders et des élèves du secondaire dans une ambiance conviviale.

Réunions avec les communautés

Réunions avec les communautés du Basin de l’Athabasca Réunions avec les communautés du Basin de l’Athabasca

FRANCE – Comité de Suivi Sites (CSS)

  • Réunis à l’initiative des Préfets, les CSS sont une instance de dialogue et de concertation entre l’exploitant et les parties prenantes locales (riverains, salariés, élus, associations…). Elles ont pour but d’informer le public sur les effets des activités d’installation de traitement de déchets, sur la santé et l’environnement. L’organisation et la création des CLIS, devenues CSS, se sont renforcées par la circulaire du 22 juillet 2009, qui appelle au développement de cette politique d’ouverture et de transparence.
  • Le Préfet peut créer une CSS pour chaque installation de traitement de déchets soumise à autorisation. Il est tenu d’en créer une pour tout centre collectif de stockage de déchets ultimes ou industriels spéciaux, ou lorsque la demande en est faite par l’une des communes située à l’intérieur du périmètre d’affichage de l’enquête publique.
  • Au cours de ces commissions, l’exploitant présente les différents résultats environnementaux et les travaux à conduire afin d’améliorer le suivi des anciens sites miniers, en concertation avec ses membres.
  • L’exploitant adresse aux CSS au moins une fois par an un bilan des activités des sites, notamment en matière de suivi environnemental et de prévention des risques.
  • En 2017, 9 comités se sont tenus sur l’ensemble du territoire français.

GABON – Commission locale d’information

  • La dernière réunion de la Commission Locale d’Information et de Surveillance (CLIS) s’est tenue à Mounana au Gabon fin mars 2017. Cette réunion a permis de dresser un état des actions entreprises par COMUF depuis la dernière CLIS en novembre 2015, notamment l’avancement du projet Mounana 200, un bilan des plans d’actions 2013-2015 et 2016-2017 liés au réaménagement, validés par l’AGSSN (l’Autorité de sûreté et de sécurité gabonaise), les cartes des restrictions d’usage du site et les actions sociétales réalisées ou en cours.
  • Les résultats de la surveillance environnementale concernant les cinq dernières années autour et sur les anciens sites miniers - sous le contrôle de l’AGSSN - ont également été commentés. « A l’instar des années précédentes, les résultats des différents contrôles ne montrent aucun impact sanitaire ou environnemental », a précisé un expert de la Direction de la Sécurité et l’Intégration dans les Territoires, BU Mines.
  • Concernant le projet Mounana 200, de construction de 201 logements en remplacement de ceux radiologiquement marqués identifiés par l’AGSSN et validés par un comité technique constitué des différentes parties prenantes, COMUF a lancé en juin 2016 les travaux de construction de la première tranche de 124 logements. Le terrassement et les travaux d’élévation des maisons sont terminés, et les charpentes et les toitures posées. Les déménagements débuteront après la réalisation de voirie, réseau et distribution.

KAZAKHSTAN – Communautés locales

KATCO, une coentreprise d’Orano et KAZATOMPROM, a développé des actions sociales et sociétales dans la région de Suzak (sud- Kazakhstan) où sont implantés ses sites de production dans le cadre d’un dialogue permanent avec les représentants des communautés locales : Shu, Tasty, Sozak, Sholakorgan et Taukent... Tous les projets sont le fruit d’un travail collaboratif réalisé, dans le cadre de sessions de consultation avec ces différentes communautés.

MONGOLIE – Conseils locaux de coopération

  • Le dialogue et l’échange entre les équipes d’AREVA Mongol, Cogégobi et les communautés s’opèrent dans un cadre formalisé, depuis la mise en place des « Conseils Locaux de Coopération » en 2013. Trois à quatre fois par an, les représentants des Soums et Bags d’Ulaanbadrakh et de Zuunbayan rencontrent les représentants d’AREVA Mongol.
  • Les Conseils Locaux de Coopération permettent de partager des informations avec la communauté locale dans les zones d’implantation d’AREVA Mongol LLC.
  • Nos spécialistes y présentent des études, réalisent des points d’étape sur les programmes en cours : culture de saxauls, reconstitution de cheptels, projet vétérinaire, puits en cours de réalisation ou à réparer…
  • Ces rencontres donnent aussi l’occasion aux représentants des Communautés de transmettre leurs requêtes.
  • En 2017, AREVA Mongol a poursuivi son objectif d'assurer la transparence dans ses activités et d’améliorer la compréhension mutuelle avec les populations locales. Ainsi, avant le début des opérations d'exploration, des rencontres ont été organisées avec les familles qui résidaient dans leurs fermes d'été et d'automne, afin de les informer au préalable sur nos opérations et d’écouter leurs demandes. Ce faisant, des modifications dans les opérations de forage ont été réalisées après avoir déterminé le mouvement et la migration des familles d’éleveurs et éviter ainsi de perturber leur mode de vie nomade.
  • D’autres rencontres sont également organisées : participation à des réunions et à des fêtes organisées localement, organisation de visites de sites…
Parties prenantes autour de nos activités d’exploration dans la région de Sainshand
Cartographie des parties prenantes autour de nos activités d’exploration dans la région de Sainshand

L’année 2017 s’est caractérisée par le déploiement d’une vaste opération de cartographie des parties prenantes permettant d’élargir la base de connaissance de nos parties prenantes et de comprendre leurs perceptions de nos activités. Elle s’est déclinée en plusieurs étapes :

  • la réalisation d’une enquête au niveau national, provincial et des soums, impliquant au moins 120 personnes (représentants du gouvernement, scientifiques, médias, parties prenantes internes, actionnaires, ONG…) par le biais d'entretiens ;
  • le déploiement d’une enquête de perception dans le Dornogbobi, soit 1200 personnes interviewées (administrations et populations locales, éleveurs…).

Elle comprend la mise en œuvre de plans d’actions, auprès de ces parties prenantes, qui seront déployées dans le courant de l’année 2018.

NIGER – Conseil Bilatéral d’Orientation (CBO)

  • Créé en mai 2006 pour contribuer à renforcer la gouvernance locale des projets sociétaux en faveur des populations.
  • Regroupe aux côtés d'Orano les élus locaux, les administrations concernées et la société civile. Ils permettent de définir la politique locale d’aménagement, d’arrêter les axes prioritaires d’intervention, d’émettre un avis sur les projets et d’en assurer le financement.
  • Annuellement les entités minières d'Orano présentes au Niger reversent une contribution financière de 450 000 euros au CBO.
10 ans d’engagement sociétal
brochure notre engagement sociétal au Niger DE 2006 À 2016

Pour marquer ces 10 années de partenariat, les sociétés minières SOMAIR, COMINAK, IMOURAREN SA et Orano Mining, ont publié en 2017 une brochure visant à faire connaître les efforts déployés de manière continue dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’accès à l’eau, du développement économique ou encore de la lutte contre l’insécurité alimentaire.

Cartographie des parties prenantes Niamey

Démarrée en 2016, une cartographie des Parties Prenantes s’est poursuivie en 2017 sur Niamey. Il s’agissait de connaître leurs perceptions d’Orano, d’établir des priorités sur des questions environnementales, sociales, sociétales, économiques et de gouvernance.

Les parties prenantes concernées étaient les structures étatiques, des ONG/associations, des fournisseurs et des journalistes. L’ensemble de leurs attentes ont été répertoriées.

Un plan d’action sera déployé en 2018. Il vise à valoriser nos actions à travers des échanges indirects (organisation de visites terrain, réseaux sociaux, colloques scientifiques et sociétaux) et des actions partenariales pour échanger et partager l’information (développer et valoriser nos actions dans les domaines sociétaux sur nos axes d’intervention : environnement, santé, éducation et développement économique).

Contribution au développement local

Investissements communautaires

Stratégie d’investissement communautaire

Nous définissons les investissements communautaires comme la mise en place de projets et d’actions dont l’objectif est de répondre aux attentes de nos parties prenantes et aux enjeux opérationnels d’Orano Mining. En ce sens, ces projets se distinguent d’une action pure de mécénat d’entreprise qui est « un engagement libre (…) sans recherche d’impact sur ses activités » (charte du mécénat d’entreprise – ADMICAL)

Moyens mis en œuvre au sein des activités minières d'Orano en 2017 : 3 600 K€

Par pays

Moyens mis en oeuvre par pays

Les financements des investissements communautaires sont, d’une part, alloués par les différentes filiales, par AREVA SA et par la direction de la RSE d’Orano Mining.

Exemples de projets sociétaux portés au sein des activités d'Orano Mining

Exemples de projets sociétaux portés au sein des activités d’Orano Mining
MONGOLIE – 292 K€

Moyens mis en oeuvre – Mongolie

Village FXB

Le programme a été lancé en janvier de 2016, avec le financement de la Fondation AREVA dans la province rurale de Dornogobi.

Il vise à améliorer la vie des participants : nutrition et diversité de l’alimentation, santé, éducation, hygiène, protection des droits de l’enfant et aide aux développements de projets économiques. Des actions simultanées de l’ONG dans toutes ces composantes de la vie courante permettent de rompre le cercle vicieux de la pauvreté de manière durable.

Village FXB

Les objectifs sont les suivants :

  • renforcer les capacités économiques de 1000 familles vulnérables ;
  • consolider la sécurité alimentaire des bénéficiaires du programme et éradiquer la malnutrition des enfants ;
  • améliorer l’accès des familles à des soins médicaux adéquats, les conditions de vie et d’hygiène des participants ;
  • faciliter l’accès à l’éducation pour les enfants et les jeunes ;
  • développer l’autonomie des adultes.

Ainsi, en 2017, les familles ont reçu une aide individuelle pour les activités génératrices de revenus (AGR). Près de la moitié des familles participantes élèvent du bétail, pour l'autre moitié des bénéficiaires, les AGR sont principalement des activités commerciales telles que la restauration rapide, la vente de vêtements d'occasion, l'épicerie, la confection, etc… FXB encourage également l’épargne. Ainsi, chaque famille commençant un AGR doit ouvrir un compte bancaire et économiser régulièrement de l'argent.

NIGER – 2 800 K€

Moyens mis en oeuvre – Niger

Projets portés par le CBO (Conseil Bilatéral d’Orientation)

20 projets sur les 21 validés par le CBO en début 2017 ont été terminés et réceptionnés dans le courant de l’année, soit un taux de finalisation de + 95%. Parmi eux, à noter l’accès à l’eau avec la réalisation de puits pastoraux, l’éducation avec la construction de nouvelles salles de classe, de latrines, l’électrification d’un centre de santé…

La commune d’Arlit a bénéficié de 41% des financements suivis par les communes de Timia, d’Iférouane et de Gougaram.

Puits villageois Puits villageois

3 ans de partenariat avec les Puits du désert

Le partenariat s’est localisé sur la région d’Agadez, dans la vallée de Tidène. L’objectif est d’offrir l’accès à l’eau, d’assurer le développement économique et d’améliorer la situation alimentaire et sécuritaire des habitants dans le Massif de l’Aïr.

Les actions se sont concentrées sur la construction de 5 puits villageois d’eau potable dans les 5 villages suivants : In Tédeiné, Gadambo, Intichikit, Inwadenan et Tinnougouran, la construction de 3 puits maraichers au sein des jardins pour assurer la sécurité alimentaire des populations et l’achat de semences pour les jardiniers.

Environ 16.000 personnes (femmes, enfants, chefs de famille, ex combattants, etc..) ont bénéficié du programme. Aujourd’hui, les maladies hydriques diminuent grâce aux 5 puits villageois en activité.

Au regard de ce bilan, un nouveau projet de partenariat est à l’étude avec les Puits du Désert.

Exemples de projets sociétaux portés au sein des activités d’Orano Mining

Santé, améliorer les conditions de traitement des maladies rénales

Faire face à l’importante augmentation du nombre de maladies rénales chroniques par un soutien au centre de dialyse de l’hôpital de Lamordé à Niamey.

Le renforcement de son plateau technique devrait permettre à terme un traitement correct de l’insuffisance rénale par la technique de l’hémodialyse et réduire ainsi le nombre d’évacuations sanitaires à l’extérieur du pays.

Une première tranche pour l’acquisition d’équipements a été débloquée en 2016, elle sera poursuivie en 2018 et 2019.

Hôpital Lamordé Niamey Hôpital Lamordé Niamey

IRHAZER: 2017, année de relance

IRHAZER est un projet d’aménagement hydro-agricole et pastoral dans le Nord, dont l’objectif principal est de contribuer à la sécurité alimentaire durable par le développement de l’agriculture irriguée, grâce à l’aménagement et la mise en valeur de 1.000 hectares.

A terme, il vise l’autonomisation des sites exploités afin qu’ils deviennent rentables et pérennes.

Le déroulement du projet est prévu en trois grandes étapes :

  • 2011-2012 : Etude de faisabilité.
  • 2013-2015 : Phase pilote. Elle a permis de tester les systèmes de production (végétale et animale) possibles et de valider les modèles des investissements pour la phase de développement.
Projet Irhazer : visite d’une exploitation agricole Projet Irhazer : visite d’une exploitation agricole
  • Depuis juillet 2015 : Phase de développement des modèles validés par la phase pilote. La culture de la luzerne introduite dans le cadre du projet constitue une opportunité pour le Niger pour la couverture de ses besoins fourragers actuellement non satisfaits.
Participation du projet Irhazer à la 3ème édition du Salon de l’Agriculture Sahel

Financé par Orano et développé en partenariat avec l’Etat du Niger, le projet agropastoral Irhazer vise à contribuer à la sécurité alimentaire durable en développant des systèmes d’irrigation dans les zones désertiques de la région d’Agadez.

Ainsi, il s’inscrit parfaitement dans le thème porteur du salon de l’Agriculture 2017 : « promotion de l’investissement pour un développement durable à travers l’initiative 3 N – Les Nigériens Nourrissent les Nigériens ».

Le projet dont la phase pilote s’est déroulée de 2013 à 2015 ambitionne de toucher directement, d’ici 2020, 5000 ménages et 35.000 personnes bénéficiaires.

2017 a vu :

  • le redémarrage d’investissements sur de nouveaux sites communautaires et l’équipement des sites aménagés de dispositifs hybrides (solaire-thermique) pour la fourniture d’énergie ;
  • la mise en place avec le concours de l’office nigérien en charge des aménagements hydroagricoles d’actions favorisant l’autonomisation des sites ;
  • l'élaboration et la validation avec l’ensemble des parties prenantes de stratégie d'intervention dans le privé.

Les prochaines étapes :

  • le financement partiel d’initiatives privées dans l’Aïr et l’Irhazer :
    • dans le domaine du développement des cultures irriguées, les projets sont classés en PIP (Petite Irrigation Privée) pour des exploitations familiales déjà existantes, et en GIP (Grande Irrigation Privée) pour des exploitations supérieures à 5 hectares, partagées entre plusieurs bénéficiaires, et nécessitant un investissement important. L’apport du projet peut atteindre 70% de l’investissement global.
    • dans le domaine du pastoralisme, à travers le financement d’une ferme pastorale privée urbaine à Agadès. Ces modèles d’exploitations privées sont plus développées et durables que les modèles communautaires-initiés dans la phase pilote.
  • la promotion de la chaine de valeurs : l’ensemble des acteurs et des mesures pouvant apporter de la valeur ajoutée à un produit brut, notamment à travers la transformation, l’emballage, l’entreposage, le transport ou la distribution.
KAZAKHSTAN – 180 K€

Moyens mis en oeuvre – Kazakhstan

Soutien annuel aux communautés locales

Les actions communautaires touchent à la vie locale avec l'appui à l'organisation de différents événements festifs, l’aide à l’acquisition d'outils de communication, à l’éducation des enfants (jardin d’enfants pour 50 enfants à Tasty, école pour 200 élèves dans Sholakkorgan), aux familles défavorisées (distribution de charbon), aux populations fragilisées (atelier de couture pour les personnes handicapées dans Sholakkorgan), aux éleveurs.

Livraison de charbon Livraison de charbon

Focus sur le sport

En 2017, les communautés ont exprimé le souhait de développer des infrastructures sportives en faveur des jeunes.

Un premier projet de terrain de sport a été financé en 2017.

Il devrait être suivi par quatre projets similaires en 2018.

Focus sur le sport Equipement sportif à Tasty
CANADA – 290 K€

Moyens mis en oeuvre – Canada

Pour Orano Canada (OC), la priorité est donnée aux initiatives communautaires dans les régions dans lesquelles nous opérons, nord de la province de la Saskatchewan (80% de la population est autochtone) et Saskatoon. L'enseignement et l’aide à l'alphabétisation, la programmation culturelle, la santé et les programmes de développement communautaire sont au centre des contributions d'OC. En 2017, OC a débloqué des bourses au profit de 9 étudiants résidents des communautés reculées du nord de la Saskatchewan pour leur permettre de poursuivre leurs études supérieures. De plus 82 étudiants des collèges et lycées du nord de la Saskatchewan ont reçu un prix accompagné d’une bourse d’OC pour récompenser en particulier leur excellents résultats en mathématiques et sciences. Par ailleurs, OC a fourni 10 bourses aux élèves de l’Institut Gabriel Dumont Institute spécialiste des études et programmes d’enseignement spécifiques aux autochtones Métisses. Enfin, OC a également contribué (à hauteur d’un tiers) aux bourses fournies à 17 étudiants post-secondaire originaires des communautés du Bassin de l’Athabasca les plus proches du site minier de McClean Lake.

Programme communautaire auprès des scolaires Programme communautaire auprès des scolaires

Subvention culturelle : la bibliothèque d’Alex Robertson dessert trois collectivités du nord de la Saskatchewan. Orano Canada Inc a remis à niveau tous les ordinateurs, imprimantes et serveurs afin d'assurer l'accès de tous (surtout les populations à faibles revenus) à internet et aux ordinateurs pour les demandes d'emploi, l'apprentissage en ligne, la recherche de données, etc.

Santé : distribution de lait et de repas gratuits servis dans un centre communautaire local. Soutien aux plus vulnérables de Saskatoon, en particulier les enfants. Ces distributions permettent de leur garantir un repas complet au moins quotidien. Ces dons bénéficient à trois communautés situées dans les régions éloignées du nord de la Saskatchewan.

Distribution alimentaire

Une Web application RSE

Pour assurer une meilleure traçabilité des données sociétales, les équipes RSE ont mis en place en 2017 leur propre application support web. A partir de données graphiques, cette plateforme interne donne accès au suivi des investissements depuis 2006. Elle recense, sauvegarde et met à disposition l’historique des informations et ouvre l’accès à des fiches projets.

Déployée dans un premier temps sur les opérations financées au Niger, elle devrait s’étendre progressivement à l’ensemble des sites.

Web application RSE Web application RSE

Transparence des revenus extractifs

De par son soutien à l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE), Orano Mining démontre son engagement en faveur d’une plus grande transparence des paiements aux États, relatifs à la gestion des ressources minières.

Le Niger, la Mongolie, le Kazakhstan où le groupe déploie ses activités minières ont adhèré à l’EITI, excepté le Niger qui a annoncé son retrait en novembre 2017.

Dans ces pays, nos filiales minières participent au processus local multipartite et déclarent le paiement des impôts, des droits miniers ainsi que les taxes sur les bénéfices au travers de formulaires déclaratifs spécifiques. Le montant de ces revenus est présenté officiellement sur le site d’EITI (Extractive Industries Transparency Initiative).

Impact de notre présence dans les territoires
Zoom sur Orano au Niger

Présentes depuis plus de 50 ans au Niger, la Société des Mines de l’Aïr (SOMAÏR) dont Orano Mining est l’actionnaire principal aux côtés de SOPAMIN – société d’Etat du Niger - et de la Compagnie minière d’Akouta (COMINAK) exploitent deux sites miniers dans la région d’Arlit, au nord-est du pays, à plus de 1200 km de la capitale Niamey. Le groupe qui développait également le projet d'Imouraren (un des plus grands gisements d’uranium en Afrique), l'a mis sous cocon en attente d’une évolution favorable du marché.

Chaque mine possède son usine de traitement de minerai. Depuis leur création à la fin des années 1960, les deux sociétés minières ont extrait à fin 2017 plus de 131 400 tonnes d’uranium.

L’impact de l’activité minière d’Orano Mining au Niger se retrouve à travers différents indicateurs :

  • 800 millions d’euros ont été investis dans le projet Imouraren,
  • 62 millions d’euros de taxes et redevances payées au Niger en 2016,
  • 100 millions d’euros d’achat local en moyenne par an,
  • 4 000 emplois directs et indirects : 98 % des emplois directs (=salariés Orano Mining) sont occupés par des nigériens,
  • les sociétés minières assurent la gratuité des soins médicaux aux salariés et à leurs familles, les hôpitaux sont ouverts au reste de la population. Le budget des hôpitaux est supérieur à 4 millions d’euros par an, 45 % de ces charges sont consacrées aux non salariés du groupe,
  • les sociétés minières réalisent des investissements communautaires selon les axes prioritaires que sont :
    • l’éducation (constructions de classes, bourses d’études…),
    • la santé (construction d’infrastructures sanitaires, formation, équipements médicaux…),
    • l’accès à l’eau (puits d’eau potables, puits maraichers, forages pastoraux,…),
    • dotation en infrastructures (infrastructures pour les communes et coopératives, aménagements agricoles ou d’assainissement,..),
    • En 2017, 2,8 millions d'euros d’investissements communautaires ont été réalisés au Niger.
  • les sociétés minières participent à l’entretien de la route Tahoua-Arlit à travers la dotation annuelle d’un fond destiné à l’entretien de la route d’un montant équivalent à 1% de leur chiffre d’affaires.

Recrutement local

Recrutement local de nos collaborateurs

La politique sociale d’Orano Mining est engagée en faveur du recrutement local de nos collaborateurs. Plus de 98 % de nos salariés sur nos sites sont originaires du pays d’implantation.

Nous portons également une attention particulière aux communautés et peuples autochtones pour leur faciliter l'accès à nos offres d’emploi. Cette situation existe par exemple au Canada, dans le Nord Saskatchewan, région pour laquelle de nombreuses initiatives sont conduites pour favoriser l’accès à l’emploi et pour la préférence liée à la sélection d’entrepreneurs locaux. Cela est vrai également en Mongolie et au Kazakhstan.

Aujourd’hui, quel que soit le pays où nos activités sont présentes, les collaborateurs employés (à tous les niveaux de l’organisation) sont majoritairement de nationalité locale.

Les Achats

Les achats de la BU Mines se décomposent en 5 catégories principales : énergie, logistique, matériaux, prestations et réactifs. La BU Mines travaille avec 2500 fournisseurs dans ses pays d’implantation.

La préférence donnée aux fournisseurs locaux lors d’appels d’offres permet la création d’un tissu d’entreprises et de nombreux emplois dans la région où le site minier est implanté. En 2017, 73 % du volume de nos achats sont réalisés dans les pays où nous sommes implantés.

Il n’est pas toujours évident de définir le périmètre associé à la notion de "local", il varie selon les pays, le stade de développement économique et la densité de population avoisinant le site. Des politiques d’achat spécifiques ont donc été mises en place par Orano dans les pays où sont implantés ses sites miniers.

Par exemple pour nos activités au Canada, pour des offres aux caractéristiques similaires, la préférence sera systématiquement donnée aux fournisseurs locaux du nord, selon des statuts établis par la législation de la province de Saskatchewan. Une entreprise a le statut de local du nord si elle appartient ou opère au sein d’une communauté située dans le nord de la Saskatchewan. Des marchés de services, tels que la restauration ou la surveillance de sites, qui utilisent beaucoup de main d’œuvre, ont été obtenus par les fournisseurs de cette région.

De même au Kazakhstan,la préférence est donnée à compétences égales aux fournisseurs locaux. Katco a ainsi localisé ses achats de tubes initialement importés d’Europe.

Les fournisseurs internationaux qui travaillent pour nos sites s’impliquent aussi dans des démarches RSE. A titre d’exemple, l’entreprise de restauration CIS au Niger, qui développe sur la commune d’Arlit une zone de culture de légumes maraîchers, avec l’accompagnement d’un agronome, en faveur de deux communautés de femmes en situation précaire.