Orano Mining
Rapport de Responsabilité Sociétale
2017
  • Index GRI
  • Téléchargez
  • Contribuez
  • Contactez-nous

Radioprotection

Actions de prévention visant à limiter le temps et niveau d’exposition des travailleurs

L'enjeu : La planification et la réalisation d’importantes actions de maintenances préventives concernant l’appareil industriel ont permis de faciliter le fonctionnement tout en réduisant considérablement le nombre d’interventions de dépannage, au bénéfice de la radioprotection des intervenants.

Maintenance triennale importante réalisée en 2016 sur les activités 400 (section précipitation) et 500 (section séchage et calcination) de l’usine :

Maintenance du calcinateur

Maintenance du cristallisoir

Rénovation du bâtiment du calcinateur au niveau 9 m et 11 m afin d’améliorer l’état de la surface des sols

Ces actions d’amélioration continue valorisent le principe d’optimisation.

Pompes à remplacement rapide, une innovation au service de la radioprotection et de la sécurité

L'enjeu : L’introduction de pompes standardisées dans les zones de réception et de stockage des pulpes de minerai a permis de réduire considérablement les temps de maintenance, au bénéfice de la santé et de la sécurité des collaborateurs.

Un temps de maintenance réduit

Quatre heures : c’est le temps que passaient les agents de maintenance dans les zones de réception et de stockage des pulpes de minerai de l’usine de traitement de McClean Lake pour y inspecter et réparer les différentes pompes. Un temps long, étant donné la teneur en uranium du minerai que traite l’usine, les exposant à environ 0,3 mSv*. Afin de réduire l’impact de ces opérations sur ces intervenants, les équipes de maintenance ont fait preuve d’innovation, en mettant en place un modèle de pompe unique. Véritable succès industriel, ces équipements ont permis de faire passer le temps d’entretien à 10 minutes et de réduire ainsi jusqu’à 96 % l’exposition des travailleurs.

Une ergonomie repensée

Principal atout de ces nouvelles pompes : leur ergonomie. Ce dispositif de démontage rapide permet de s’affranchir des opérations de manutention manuelle et permet l’utilisation d’un dispositif électrique pour les déplacer vers l’atelier de maintenance. Les blessures et les douleurs dorsales sont ainsi considérablement réduites. Aujourd’hui, les opérateurs peuvent remplacer des équipements standardisés et interchangeables rapidement et en toute sécurité.

* Le Sievert (Sv) est une unité de radioprotection qui prend en compte les caractéristiques du rayonnement et de l’organe irradié. En moyenne, l’exposition annuelle d’une personne du public en France s’élève à 4,5 mSv.

Sécurité au travail

Mise en place et déploiement du STANDARD FORAGE

L'enjeu : faire appliquer des règles de sécurité communes pour l’activité forage afin d’éviter les accidents

12 standards sécurité sont applicables sur tous les sites appartenant à Orano ou exploités sous la responsabilité directe d'Orano (les 9 premiers depuis juillet 2013, les 3 autres depuis janvier 2015)

On appelle ici standard de sécurité une règle de sécurité à vocation internationale, simple, claire, sans interprétation possible et obligatoire, dans le respect des législations locales.

Sur ce même principe, Orano Mining a déployé en 2016, en plus des 12 standards Orano déjà mis en place, un standard spécifique à son activité : Le standard forage.

Cela implique comme pour les autres que ce standard soit porté à la connaissance de chaque collaborateur d’Orano Mining et plus spécifiquement aux acteurs ayant par leur métier et fonction à intervenir sur cette activité.

Qu’est-ce qu’un forage ?

Le forage est l'action de creuser un « Puits » dans le sol jusqu'à des profondeurs parfois très importantes.

L'équipement du puits, tels les tubages, et de manière générale les moyens techniques permettant de creuser, varient en fonction de son dimensionnement et de ses objectifs.

Dans les activités d’Orano Mining, on fore pour :

  • prospecter et reconnaître le sous-sol ;
  • réaliser des puits hydrauliques et piézométriques ;
  • permettre l’aérage des galeries en mine souterraine ;
  • exploiter le minerai.

Un standard Forage, pour quoi faire ?

L’analyse de l’accidentologie des années passées a montré le caractère accidentogène de l’activité de forage. Il était donc essentiel d’uniformiser les bonnes pratiques dans ce domaine et d’en faire partager tous les sites où Orano Mining est opérateur.

Basé sur le retour d’expérience de ce qui avait été mis en place par les équipes au Kazakhstan et enrichi des retours d’expérience de nos équipes dans d'autres sites, un standard a été établi et validé par les Experts Forage d’Orano Mining et les équipes HSE.

Ce standard forage a ensuite été déployé auprès de tous les salariés ayant une quelconque interaction avec cette activité.

Ce standard regroupe différents points d’attention classés en 6 grandes familles :

Ce standard s’applique à tous même s’il est accompagné d’une Check List propre à chaque site. En effet, les foreuses peuvent présenter des spécifications propres suivant le constructeur, et ces caractéristiques peuvent nécessiter un contrôle spécifique.

Ainsi, si nous faisions une analogie avec l’aviation, quel que soit le type d’appareil, il est indispensable de vérifier la Check List avant le décollage. Par contre, la Check List est différente en fonction du type d’avion. Il en va de même pour les foreuses.

Bien évidemment, toutes les règles et procédures de sécurité au travail ne peuvent pas être remplacées par des standards sécurité, mais dans le cadre du standard forage, les meilleures pratiques ont été formalisées dans ce standard de sécurité qu’Orano Mining déploie et rend applicable à l'ensemble de ses salariés.

Safety & Environment Drilling Standard

Formation culture sécurité

L'enjeu : développer chez les managers de proximité d’Orano une culture de la sécurité pour tendre vers l’objectif « zéro accident ».

En 2017, Orano Mining a mis en œuvre une formation à la sécurité avec un focus particulier sur les managers de proximité afin de :

Plus qu’une formation, il s’agit d’une démarche visant l’amélioration de façon efficace, pragmatique et durable de notre Culture Sécurité.

Le périmètre concerne l’ensemble des sites d’ORANO Mining (opération et exploration), avec un déploiement prévu sur 3 ans :

  • En 2017, les sites de SOMAIR, KATCO et Orano Mining Niger ont été formés ;
  • En 2018, ce sera au tour des sites d’ORANO INC CANADA, de COMINAK et de l’établissement de Bessines ;
  • En 2019, le site de Mongolie bénéficiera de cette formation.
Formation sécurité à SOMAÏR

Le principe de déploiement implique les phases suivantes :

Déploiement au Niger en 2017 Déploiement au Niger en 2017

Environnement et biodiversité

Mongolie : projet de compensation de biodiversité


L'enjeu : mettre en place des mesures permettant de préserver la biodiversité.

Dans le cadre de la préparation du site pilote en ISR de Zoovch Ovoo, l’étude d’impact environnemental détaillée (DEIA), réalisée en 2015, a permis de constater que la seule espèce pouvant être affectée, de façon majeure, par nos travaux est le saxaul, arbuste iconique de la steppe.

Le projet pilote de Zoovch Ovoo ne sera pas localisé dans une zone à forte densité de saxauls. Toutefois, la destruction d’un certain nombre d’arbustes sera inévitable afin de mener à bien les activités de construction et d’exploitation du Pilote.

Les mesures de réduction des impacts retenues dans la DEIA et mises en œuvre par Badrakh Energy LLC sont les suivantes :

  • La majeure partie des installations sera construite en dehors de zones à forte densité de saxauls pour éviter au maximum leur enlèvement ;
  • Les foreuses et autres engins seront installés, autant que possible, dans les zones où la végétation est clairsemée pour éviter au maximum les dégâts sur la végétation et notamment les saxauls ;
  • Impacts sur la végétation pendant les travaux, les transports de matériel, de boue et du personnel seront minimisés ;
  • Des règles de gestion des pistes seront établies ;
  • Un programme de compensation par plantation de jeunes pousses sera mis en œuvre.
Jeunes pousses de saxauls en pépinière Jeunes pousses de saxauls en pépinière

Les principaux systèmes de compensations écologiques recensés par le BBOP (Business and Biodiversity Offset Program), qui nous sert de guide en matière de bonnes pratiques, sont :

Dans le cas du test ISR de Zoovch Ovoo, Badrakh Energy a opté pour la compensation unique. Ainsi :

Ainsi, afin de créer une dynamique sociétale et environnementale positive, les parties prenantes seront sollicitées dans ce processus de compensation, puisque les travaux seront réalisés par des sociétés locales et par des professionnels spécialistes de la compensation et de la replantation d’arbres en régions arides.

PETRUS : projet de gestion des rejets solides et liquides issus du traitement de l’uranium sur SOMAÏR au Niger


L'enjeu : augmentation des capacités de stockage des résidus de traitement de SOMAÏR.

Le traitement de l’uranium génère d’importantes quantités de rejets solides et liquides. SOMAÏR était confronté à un manque de capacité de stockage risquant de remettre en cause la production.

Le projet PETRUS (PErennisation du Traitement des Rejets USine) a été lancé en 2014 pour trouver de nouvelles capacités de stockage de résidus de traitement.

Après plusieurs années d’études et différents travaux, le projet a abouti :

Le bassin 11 achevé, prêt à recevoir les rejets liquides de l’usine de traitement Le bassin 11 achevé, prêt à recevoir les rejets liquides de l’usine de traitement
Convoyeur à bande de 680 mètres Convoyeur à bande de 680 mètres

Economie d’électricité : nos collaborateurs s’impliquent par des gestes simples mais efficaces

L'enjeu : réduire les coûts d’énergie de SOMAÏR et assurer une autonomie énergétique de la cité grâce à l’énergie solaire.

Depuis la fin avril 2016, 90% des lampes de l’éclairage public et bâtiments collectifs de la Cité sont alimentées par des panneaux photovoltaïques installés sur les toits des maisons ainsi qu’à l’hôpital de SOMAÏR avec une puissance installée réduite de plus de 50% à niveau d’éclairage identique.

Ce projet à l’impact environnemental positif vise également à permettre une réduction des coûts d’énergie de SOMAÏR et assurer l’autonomie énergétique de la Cité pour ce qui est de l’éclairage public. D’autres actions seront bientôt mises en œuvre (régulateurs bloqués sur la climatisation, chauffe-eau solaires, détecteurs de luminosité pour l’éclairage extérieur des logements…).

Canada : mise en place d’un plan de gestion adaptative du sélénium

L’enjeu : œuvrer en vue d’une meilleure compréhension de la performance opérationnelle et des technologies potentielles.

Orano Canada a poursuivi l’étude du sélénium sur le site McClean Lake pendant toute l’année 2017. Un plan de gestion adaptative du sélénium a été développé en février 2017 dans le but de maîtriser les risques liés AU sélénium. Les principaux objectifs du plan sont d’œuvrer pour une meilleure compréhension de la performance opérationnelle, des technologies potentielles pour compléter l’élimination du sélénium existant et de la caractérisation du risque dans l’environnement en aval.

En 2017, Orano Canada a achevé la définition des évaluations des niveaux de deux technologies de traitement complémentaires du sélénium, au cas où celles-ci seraient utilisées dans le futur : fer à valence zéro et processus BioteQ Selen-IX. Plusieurs campagnes de prélèvement ont été conduites pour améliorer la compréhension de l’élimination du sélénium des effluents traités via les procédés existants, et pour mieux caractériser le sélénium via la spéciation à différents points de la chaine d’effluents. Les études de terrain achevées en 2017 consistaient à effectuer des prélèvements pour établir une référence des concentrations de sélénium dans les tissus de poissons à l’est du bassin McClean Lake, qui se trouve en aval par rapport à nos rejets d’effluents traités.

Recensement des espèces à enjeux sur le site de Bellezane

L'enjeu : préserver la biodiversité dans la région du Limousin.

Orano Mining a mené en 2011 une étude sur le site de l’ancienne mine à ciel ouvert (MCO) de Bellezane, avec pour objectif d’identifier la flore et la faune présentes sur les lieux afin d’assurer une protection des espèces. L’ancien site minier exploité de 1975 à 1992, a été réaménagé de 1992 à 1996, et bénéficie aujourd’hui d’une surveillance environnementale.

En France, une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), est un espace naturel inventorié en raison de son caractère remarquable. La richesse et la diversité des espèces végétales et animales présentes sur le périmètre réhabilité, nous encourage à faire classer le site en ZNIEFF. Nous avons donc lancé des études dans cette optique.

La flore présente sur le site étudié a plusieurs origines :

L’import de graines ou de plantes contenues dans les boues et sédiments stockés sur le site entre 2006 et 2010 ; ces plantes sont typiquement associées aux milieux humides (lacs et étangs).Exception faite des parements granitiques, le paysage des deux MCO ressemble à celui du bocage limousin. On y trouve des prairies, des haies et des bois.

Les plantes inventoriées sont associées à cinq milieux distincts : les sous-bois, les haies, les prairies et friches, les prairies humides et la bordure argileuse, tel que cartographié ci-dessous. Les milieux les plus riches et les plus diversifiés sont les prairies, les haies et les sous-bois.

Cartographie des formations végétales Cartographie des formations végétales

Parmi les 140 espèces végétales recensées sur le site en 2011, aucune n’est protégée au titre de l’Arrêté du 20 janvier 1982 fixant la liste des espèces végétales protégées sur l’ensemble du territoire national français, ni au titre de l’Arrêtée du 1er septembre 1989, relatif à la liste des espèces protégées en région Limousin, complétant la liste nationale. Les végétaux présents sur le site ne présentent pas d’intérêt patrimonial. Il s’agit de plantes communément répandues dans le Limousin et en France.

Quant à la faune, 60 espèces protégées appartenant à 4 taxons (amphibiens, reptiles, oiseaux et chiroptères) ont été recensées sur le site. Au-delà du statut de protection strict, plusieurs espèces présentent un état de conservation défavorable et apparaissent à ce titre dans différentes listes régionales, nationales ou européennes (listes rouges, directive européenne « Habitats-Faune-Flore », liste des espèces déterminantes pour la création d’une ZNIEFF). Sur la base de cette information, un indice de patrimonialité a été attribué à chaque espèce protégée.

Ainsi, nous avons identifié 4 indices de patrimonialité pour les 60 espèces protégées de la zone d’étude :

Programme de surveillance de l’environnement avec la participation des communautés locales en Mongolie


L'enjeu : analyser et surveiller des échantillons d’eau, afin de fournir des rapports, des évaluations et des recommandations.

En parallèle des actions menées en faveur de la flore et la faune, Badrakh Energy et COGEGOBI* maintiennent leur programme participatif de surveillance environnementale, afin de rendre sa démarche ouverte et transparente auprès des autorités et de la population locale. Il est déployé avec succès depuis 2013.

Cette année encore, l’équipe de Badrakh Energy a décidé de se focaliser sur la formation pédagogique de la population locale sur différents sujets de protection de l’environnement ainsi que sur la surveillance de l’eau. L’équipe continue ainsi à répondre favorablement aux demandes des éleveurs d’analyser l’eau des puits.

Conformément au programme, la population locale, des représentants des autorités et des experts et scientifiques indépendants, des écoliers sont régulièrement conviés à accompagner les équipes de Badrakh Energy et COGEGOBI* au cours de leurs campagnes de prélèvement sur le territoire des communes d’Argalant, Bayanbogd et Zuunbayan. Les échantillons sont envoyés pour analyse au laboratoire certifié du Centre de Recherche Nucléaire et au Laboratoire Central de Géologie. Les résultats sont ensuite présentés publiquement.

Mongolie : Les commissions locales donnent une appréciation positive aux travaux de réaménagement environnemental

Chaque année, COGEGOBI* soumet pour validation son plan de surveillance environnemental au ministère de l’environnement, du développement vert et du tourisme de Mongolie. Une fois les travaux d’exploration réalisés, les sites sont contrôlés par le département de surveillance environnemental et plusieurs commissions locales.

Le bilan de ces contrôles effectués en novembre 2017 a démontré que les actions menées sur le terrain après la fin de campagne de forage remplissaient 87,8% (Badrakh Energy) et 80,7% (COGEGOBI)* des engagements du plan de surveillance environnemental. Les commissions ont salué l‘ensemble des initiatives menées par COGEGOBI et Badrakh Energy en faveur de la protection de l’environnement : mise en place d’un système de drapeaux indiquant aux camions les pistes à emprunter sur les sites de forage afin d’éviter la création de nouvelles pistes inutiles, plantation de jeunes pousses de saxaul.

Badrakh Energy et COGEGOBI* déploient tous les efforts nécessaires pour réduire au maximum l’impact de leurs activités sur l’environnement et les communautés locales. Les équipes sur place travaillent en appliquant les bonnes pratiques et les standards internationaux tout en se servant de leurs expériences.

* société responsable des travaux d’exploration en Mongolie

Engagement social

Créer localement de nouvelles opportunités pour le développement des compétences et le recrutement de salariés qualifiés


L'enjeu : répondre aux besoins en recrutement de salariés qualifiés sur nos sites.

Les communautés locales, un vivier de talents

L’un des objectifs d’Orano en Saskatchewan est de maximiser le nombre d’employés qui vivent dans les communautés du nord de la province dans la région où se situe le site de McClean Lake. Pour assurer le recrutement de jeunes résidents du Nord, Orano a mis en place un programme de formation à destination des communautés locales. L’objectif est double : sécuriser les besoins en recrutement, tout en jouant un rôle positif dans l’activité socio-économique locale.

Des formations valorisantes

Depuis plusieurs années, Orano Canada a instauré un vaste projet de formation destiné aux communautés isolées du bassin de l'Athabasca les plus proches du site de McClean Lake dans le nord de la Saskatchewan. Pour la plupart autochtones, ces populations bénéficient d’un nombre très limité d’opportunités d’emplois ou de développement de compétences.

Depuis 2012, AREVA Resources Canada développe pour elles plusieurs programmes de formation, articulés autour de six axes :

Des bénéfices croisés sur le long terme

Ce programme permet aux équipes de McClean Lake de sécuriser leurs recrutements tout en contribuant au développement économique et social de la région. Avec des résultats probants. Depuis 2012, 91 jeunes de la région ont validé leur formation d’opérateur et 80 d’entre eux ont été embauchés et à ce jour 59 de ces employés travaillent toujours sur le site de McClean Lake. Les participants au programme dont la formation a été validée et qui n’ont soit pas été embauchés ou qui ont quitté Orano réussissent à trouver un emploi dans la région et mettent ainsi leur apprentissage à profit.

Comme le nombre de candidatures continue d’augmenter, des partenariats ont été établis avec des représentants des communautés locales, des établissements d’enseignement et des organismes financiers.

Après-mines

Programme de R&D relatif au réaménagement et à la surveillance environnementale d'anciens sites miniers

L'enjeu : anticiper les exigences réglementaires et mieux répondre aux préoccupations sociétales relatives à la gestion des anciens sites miniers.

Le programme de R&D « Envir@mines » a été créé en 2010. Il vise à satisfaire et à anticiper les exigences du Plan National de Gestion des Matières et Déchets Radioactifs (PNGMDR) sur la question des risques liés à l’après-mines.

Si le programme Envir@Mines concerne tous les sites miniers du groupe, nous nous focalisons ici sur les actions menées en France, sur des mines déjà réaménagées. Notre enjeu : améliorer les connaissances sur l’empreinte environnementale des sites et proposer de nouvelles technologies afin d’optimiser la gestion et le traitement des eaux.

13 partenaires académiques (l’Université Paris VI, l’Ecole des Mines de Paris, l’Université de Poitiers, l’Université de Bruxelles, l’Université de Manchester, l’Université de Grenade, le CEA, etc.) travaillent avec les équipes d’Orano Mining. Leurs travaux de recherche se concentrent autour de 3 thématiques : gestion des stériles miniers, gestion des résidus de traitement et gestion des rejets aqueux. Voici un point d’étape de ce qui a été réalisé ainsi que des travaux en cours à ce jour.

Gestion des stériles miniers

Orano Mining a mené plusieurs campagnes de prélèvements sur des sites réaménagés afin de caractériser l’évolution du stockage des stériles et son impact potentiel sur le milieu environnant. Une étude pluriannuelle visant à développer des modèles de prévision de migration éventuelle de produits depuis les verses à stériles vers l’environnement est en cours.

Gestion des résidus de traitement

Orano Mining étudie l’évolution des résidus de traitement des minerais et travaille à l’élaboration de modèles permettant de prévoir leur impact environnemental à long terme sur la base d’un scénario d’évolution normale et des scénarios d’évolution altérée.

Rejets aqueux et biodisponibilité

Les futures normes françaises relatives à la qualité environnementale en milieu aquatique prendront désormais en compte la notion de biodisponibilité des contaminants. Afin de répondre à ces nouvelles exigences, Orano Mining améliore sa connaissance de la biodisponibilité de plusieurs métaux d’intérêt (Uranium, Radium, Baryum, Aluminium, Manganèse, Fer) et de leurs risques potentiels pour les écosystèmes.

Gabon : Projet Mounana 200

L'enjeu : démolition et reconstruction de 201 logements marqués sur la commune de Mounana, identifiés suite à l’évolution de la limite réglementaire d’exposition radiologique du public concernant la Dose Efficace Annuelle Ajoutée de 5 à 1mSv, et validés par les autorités Gabonaises

A l’époque de l’exploitation (années 70-80), des produits radiologiquement marqués ont été utilisés dans les bétons de construction de certains logements de la commune de Mounana (dont la cité Rénovation).

Suite à l’évolution de la limite réglementaire d’exposition radiologique du public concernant la Dose Efficace Annuelle Ajoutée (DEAA) passant de 5 à 1mSv en 2003, le CNPPRI a réalisé en 2006 et en 2007 un inventaire exhaustif des logements de la cité Rénovation.

Entre 2007 et 2009, de premiers travaux ont été réalisés sur la commune de Mounana, conduisant à la démolition et reconstruction de 18 logements marqués au sein de la cité H.

L’inventaire s’est élargi, entre 2008 et 2011, à l’ensemble de la commune de Mounana, et Orano Mining s’est engagée en 2011 à reconstruire 201 logements radiologiquement marqués au sein de Mounana, dont 124 logements de la cité Rénovation sur le site de l’ancienne cité ouvrière et 69 logements dans Mounana démolis et reconstruits sur place.

La liste définitive des logements, radiologiquement marqués, a fait l’objet d’une validation du comité technique (COMUF, CNPPRI, Etat Gabonais) en 2013. Le lieu de reconstruction des logements, actuellement situés dans la cité Rénovation, a été discuté et validé la même année par le comité interministériel, et a fait l’objet d’une Déclaration d’Utilité Publique (DUP).

Concernant la reconstruction des 124 logements de la cité Rénovation, il a été acté par une convention, que l’État serait en charge de la construction des Voiries et Réseau Divers (VRD), tandis que COMUF gérerait la construction, démolition et remise des titres de propriété. Le projet est divisé en 3 étapes (24, puis 48 et 52 logements), afin de permettre de développer une activité économique sur plusieurs années sur la commune de Mounana. L’emploi de personnel local est ainsi privilégié sur l’ensemble du projet.

Les premiers travaux ont commencé en juin 2016, par la déforestation et le terrassement de la zone devant recevoir les 124 logements.

La construction des 24 premiers logements a débuté en novembre 2016 : les travaux d’élévation ont commencé et ce premier chantier devrait être achevé à l’été 2018.

Le site minier de Bellezane réaménagé

L'enjeu : l'impact sur l'environnement d’une exploitation minière est pris en compte à toutes les étapes de la vie du site, y compris dans le cadre de réaménagements complémentaires.

L'ancienne mine à ciel ouvert de Bellezane (France, Limousin) a été réaménagée entre 1992 et 1997. C’est aujourd’hui un stockage de résidus de traitement de minerais d’uranium, Installation Classée pour la Protection de l’Environnement, et qui fait l’objet d’une surveillance régulière encadrée par arrêtés préfectoraux.

Un projet a été lancé pour construire un nouveau stockage, destiné à accueillir les sédiments radiologiquement marqués issus du curage de plans d’eau locaux. Cette installation, d’une capacité maximale de 200 000 m3, est située sur le stockage de résidus de traitement de minerais exploité durant l’exploitation minière du site.

Plusieurs études environnementales incluant des inventaires de la faune et de la flore ont été réalisées et validées par les autorités en amont du projet. Orano Mining a mis en œuvre des mesures complémentaires pour préserver la biodiversité pendant la phase de construction. Comme par exemple :

Un expert indépendant a vérifié que les actions présentées aient bien été mises en œuvre et efficaces.

Ce nouveau stockage de sédiments est actuellement en exploitation, et a d’ores-et-déjà accueilli les sédiments issus du curage de 3 plans d’eau de Haute-Vienne.

Campagne de recensement des stériles miniers

L'enjeu : utilisation de stériles miniers dans le domaine public : un recensement à grande échelle

En 2009, le Ministère de l’écologie, de l’Energie et du développement durable et de la Mer a confié à Orano Mining la mission de service public de réaliser un recensement des stériles miniers présents en France dans le domaine public, et issus des anciens sites miniers, exploités ou non par Orano Mining. Orano Mining a engagé de nombreuses ressources humaines et matérielles pour ce projet, une démarche qui s’inscrit dans la démarche RSE d’Orano Mining.

Les stériles miniers

De 1947 à 2001, 76 000 tonnes d’uranium ont été extraites du sol français, à partir de 237 sites miniers répartis sur l’ensemble du territoire. Pour accéder à ces gisements, il a été nécessaire d’enlever 187 millions de tonnes de terres, sables ou roches ne contenant pas ou peu d’uranium, appelés stériles miniers. En accord avec la réglementation de l’époque une partie de ces matériaux, a été utilisée dans le domaine public pour du remblai. A partir de 1984, Orano Mining a mis en place un registre permettant la traçabilité des stériles miniers issus des activités minières d’Orano Mining et de ses filiales, mais ce n’était pas le cas des autres exploitants.

Un hélicoptère et des hommes

Dans le cadre de ce projet, Orano Mining a, en 2009 et 2010, procédé au niveau national au recensement aérien sur une superficie de 3000km² des lieux potentiels de réutilisation des stériles miniers, via des survols avec hélicoptère équipé d’appareils de mesure géophysiques spécialisés (spectromètres gamma), dans toutes les régions où des stériles auraient pu être réutilisés (Auvergne, Bretagne, Languedoc-Roussillon, Pays de la Loire, Limousin). Orano Mining a ensuite mené, avec l’aide de sociétés indépendantes spécialisées, des analyses et contrôles au sol, entre 2011 et 2013, pour caractériser ces zones (au total, 1348 zones avec stériles)

Assainir les zones

Parmi ces sites, 58 zones dépassaient le seuil de référence de 0,6 mSv/an*, au-delà duquel des travaux d’assainissement doivent être réalisés, et 216 zones étaient comprises entre 0,3 mSv/an et 0,6 mSv/an, nécessitant une concertation pour juger de la pertinence d’une intervention. Après avoir étudié et préparé les zones à traiter, les équipes d’Orano Mining ont commencé à l’automne 2015 les travaux d’assainissement par enlèvement des stériles miniers. Ces travaux sont réalisés en accord avec les administrations locales qui ont autorisé leur stockage sur des sites où les études ont prouvé leur absence d’impact sur l’environnement et les populations. Ces travaux ont d’ores-et-déjà été réalisés en Haute-Vienne, en Auvergne et dans la Loire, et se poursuivront en 2018 et 2019 suivant les départements.

* Le Sievert (Sv) est une unité de radioprotection utilisée pour exprimer l’exposition en dose efficace. Cette dernière tient compte de la quantité d’énergie et de la nature des rayonnements reçus en une année par l’ensemble des organes du corps. Cette unité de référence est utilisée pour évaluer les effets possibles sur la santé de l’exposition à une source de radioactivité. En moyenne, en France, la radioactivité naturelle représente les 2/3 de l’exposition moyenne avec une dose efficace de 2,9 mSv/an.
Cette valeur dépend entre autres du contexte géologique et peut varier de 1 mSv dans le bassin parisien à 4 mSv dans les régions granitiques (Limousin, Bretagne, Auvergne, etc.). Le Code de la Santé Publique fixe la limite réglementaire pour le public à 1mSv ajouté au milieu naturel. La circulaire du 08 août 2013 décrit une méthodologie générique pour la gestion des zones concernées par la présence de stériles miniers. Elle définit la valeur guide de dose ajoutée conduisant à la réalisation de travaux à 0,6 mSv/an.

R&D et Innovation

Un outil adapté aux études R&D environnementales : Les DGT (Diffusive Gradient in Thin film).


L'enjeu : basée sur le principe du gradient de diffusion, cette technique permet de pré-concentrer les contaminants d’intérêt sous forme soluble (U, 226Ra, Se, As…) pour une meilleure détection.

La technique a été développée en 1994 par Hao Zhang et William Davison au Lancaster Environment Center de l'université de Lancaster, au Royaume-Uni. L'utilisation de gradients de diffusion en couches minces (diffusive gradients in thin films, ou DGT) se fait essentiellement en chimie environnementale pour la détection des éléments et composés en milieu aqueux dans les eaux naturelles, les sédiments et les sols. La technique utilise un échantillonneur passif contenant une résine chélatante, un gel de diffusion, ainsi qu’une membrane filtrante. L'élément ou le composé à analyser traverse la membrane filtrante, diffuse à travers le gel, et se fixe sur la résine. L'analyse après échantillonnage de la résine permet de déterminer la concentration en élément d'intérêt de la solution dans laquelle se trouvait le DGT.

En 2012, la R&D environnement a lancé un programme de recherche, en partenariat avec l’Université de Bruxelles afin d’utiliser l’outil tout d’abord pour la mesure de l’uranium total dissout en solution, ainsi que d’autres contaminants d’intérêt. Les DGT ont été testés et optimisés en laboratoire en conditions contrôlées. Ils ont été, dans un second temps, déployés sur plusieurs sites miniers avec succès, tant pour les eaux de surface que pour les eaux interstitielles des sédiments.

Aujourd’hui, ce système est opérationnel : il est utilisé pour le suivi environnemental de sites ciblés, et permet de s’affranchir de méthodes plus contraignantes comme l’ultrafiltration.

Pour en savoir plus

Phrommavanh V., Leermakers M., de Boissezon H., Nos J., Koko M.B., Descostes M. (2013). Characterizing the transport of natural uranium and its decay product 226Ra, downstream from former mines in France. Procedia Earth and Planetary Science 7, 693-696.

Drozdzak J., Leermakers M., Gao Y., Phrommavanh V., Descostes M. (2015). Evaluation and application of Diffusive Gradients in Thin Films (DGT) technique in uranium mining environments. Analytica Chimica Acta 889, 71-81.

Drozdzak J., Leermakers M., Gao Y., Elskens M., Phrommavanh V. Descostes M. (2016a). Uranium aqueous speciation in the vicinity of former uranium mining sites using Diffusive Gradients in Thin Films and Ultrafiltration techniques. Analytica Chimica Acta 913, 94-103.

Drozdzak J., Leermakers M., Gao Y., Elskens M., Phrommavanh V., Descostes M. (2016b). Novel speciation method based on Diffusive Gradients in Thin-Films for in situ measurement of Uranium in the vicinity of the former uranium mining sites. Environmental Pollution 214, 114-123.

Leermakers M., Phrommavanh V., Drozdzak J., Gao Y., Nos J., Descostes M. (2016). DGT as a useful monitoring tool for radionuclides and trace metals in environments impacted by uranium mining: case study of the Sagnes wetland in France. Chemosphere 1


Life Cycle Greenhouse Gas Emissions from Uranium Mining and Milling in Canada
David J. Parker*†, Cameron S. McNaughton*‡†, and Gordon A. Sparks†
† Department of Civil and Geological Engineering, University of Saskatchewan, Canada

Réduction des écarts de teneur entre le Bloc Modèle et la mesure au portique


L'enjeu : respecter la teneur prévue afin d’améliorer la productivité des gisements et assurer la durée de vie de l’exploitation de SOMAÏR au Niger. Ce projet a utilisé la méthodologie A3 de résolution de problème, déployée par ORANO et ORANO Mining dans le cadre de la démarche Excellence Opérationnelle.

Ce projet s’est basé sur l’analyse de l’ensemble du processus minier, allant du nettoyage des tirs jusqu’au passage du minerai extrait au portique. Le résultat des actions mises en place, à la suite de cette analyse, montre que l’écart défavorable important, enregistré en 2016 entre les teneurs réalisées lors des travaux d’extraction et les teneurs prévues, s’est considérablement réduit en passant de –14% en 2016 à environ 5% en 2017, soit une variation de 9%.

En quelques semaines, les équipes ont identifié les actions prioritaires à mener (modification du circuit de tuyauterie, adaptation du groupe motopompe et des conduites…) pour des résultats pérennes correspondant au besoin. Ce projet a remporté, le 14 novembre 2017, lors du challenge A3 du groupe Orano, la médaille d’or parmi 15 projets concurrents du groupe.

Augmentation du débit de l'atelier Solvant